elle avait pris ce pli

06 décembre 2014

Etui à couverts

PC063528

Pour des couverts en métal argenté achetés en brocante, il me fallait de jolis étuis pour les ranger dans le placard et surtout pour pouvoir les laisser sortis sur la desserte avant, pendant et après les déjeuners et dîners.

J'ai pris modèle sur les étuis que j'avais, déjà remplis des couverts de notre liste de mariage.

J'ai utilisé un tissu épais gris mais relativement souple de mon stock, un mélange de laine et de polyester semble-t-il; j'ai fait des rangements individuels à la taille des différents couverts, sur lesquels un rabat vient s'ajouter, et agrémenté le tout d'un ruban en liberty cousu sur l'étui pour le rouler et le nouer autour.

Cela me fait un peu penser au principe des trousses à crayons en tissu.

PC063525

PC063527

Et pour terminer, voici une recette tirée du livre dont je vous parlais dans mon avant-dernier post:

Potiron/potimarron/courge rôti à l'huile de noisette

Préchauffez votre four à 180°.

Découpez le potiron ou potimarron ou courge en tranches épaisses. Disposez-les dans un grand plat, recouvrez-les (d'un peu de beurre et) d'huile de noisette, salez, poivrez et enfournez pour 35 mn de cuisson, en arrosant régulièrement avec l'huile de cuisson.

Lorsque le potiron est cuit et fondant, arrosez-le et dégustez immédiatement.

Je l'avais accompagné d'une pintade rôtie.

PB183379

 

Posté par pont des lions à 19:32 - Commentaires [10] - Permalien [#]


17 novembre 2014

Lavallière

Comment est née la lavallière? Elle aurait été initiée par Louise de La Vallière, la plus sincère des maîtresses amoureuses de Louis XIV si l'on en croit la légende... voir ici, ou là...

Capture_d_e_cran_2014_11_17_a__15

Une chose est sûre, je voulais depuis pas mal de temps en coudre une pour mon Papa qui en porte régulièrement, mais de façon plus moderne, à savoir sous une chemise, comme un petit foulard. Et bien sûr, j'ai choisi un liberty de ma "collection", qui aie un côté à la fois masculin et coloré car Papa porte pas mal de couleurs et il fallait que mon liberty puisse s'y assortir.

C'était justement son anniversaire le 15 octobre... 80 ans!

J'ai pris comme modèle une lavallière Fi*garet, justement offerte par mes parents à mon mari, et je me suis mise à l'oeuvre; cela n'a pas été si difficile mais j'ai perdu du temps pour des coutures qui se retrouvent finalement cachées, parce qu'à l'intérieur, lorsque l'on retourne la lavallière. Je pense qu'à refaire, je serai plus rapide car j'ai bien évidemment pris des notes et des photos.

Cette lavallière possède donc des plis religieuses au centre, ce qui forme de grands plis sur le devant.

PA153174PA153173

PA193179PA193181

 

Si vous êtes nombreuses à me le demander (dans les commentaires), je mettrai au propre mon tuto/DIY et pourrai vous l'envoyer, comme je continue à le faire pour le tablier style japonais en lin.

Deux façons de nouer la lavallière testées, mais il y en a d'autres...

PA193184PA193189

La lavallière portée par Papa sur laquelle je n'ai pas oublié de coudre ma petite étiquette;-)

PA153172

IMG_4833

Un "grazie mille" tout particulier à C&C pour ses conseils de mise en page des photos (dans la nouvelle version de canalblog et pour ses encouragements quant à la reprise de ce blog.

 

Posté par pont des lions à 16:15 - Commentaires [15] - Permalien [#]

11 novembre 2014

Du potager à l'assiette

IMG_4761

IMG_4818

IMG_4819

photo_1

IMG_4763

- J'ai eu la chance avec mon mari et des amis, d'assister en comité restreint (une centaine de personnes) à une dégustation croisée de vins et de légumes, avec au préalable une présentation de ces produits du terroir amoureusement produits par deux artisans passionnés.

Les légumes joliment installés sur une table, aussi beaux que bons (puisque nous avons pu en savourer quelques variétés peu connues très légèrement cuits à la vapeur), nous furent présentés par leur maraîcher en la personne d'Olivier Durand, qui après une formation d'ingénieur agronome et après avoir découvert les différents mode de culture en voyageant à travers le monde, est revenu s'installer à côté de Nantes pour cultiver 5 000 m2 de terre et y produire des légumes oubliés que s'arrachent les plus grands chefs étoilés. J'ai bien sûr acheté le livre "Légumes" de JF Mallet aux éditions Hachette Pratique (avec des magnifiques photos et recettes faciles avec les légumes de saison) qui présente plusieurs maraîchers dont Olivier Durand, et qui nous fut dédicacé et tamponné avec une betterave noire d'Egypte. J'ai déjà testé ce week-end 2 recettes du livre: ultra-simple et nos invités ont bien apprécié.

legumes_pages_interieures_1

legumes_pages_interieures_2

Ensuite, Richard Leroy, vigneron, passionné également par son métier, nous expliqua quel avait été son cheminement pour parvenir à produire son superbe vin blanc sec sur ses 3 ha seulement de Coteaux du Layon. Vous pouvez retrouver son histoire dans la Bande Dessinée "Les Ignorants" d'Etienne Davodeau. Pour voir le début de la BD,c'et par ici.

956_couv

J'ai pu leur parler ensuite en tête-à-tête, leur poser des questions et les écouter parler de façon plus personnelle de leur passion.

Tous nos remerciements au Fonds de dotation de la Chardière Saint Jean, et plus particulièrement à Fabienne et Philippe.

 

 

- Je me suis dit que je devais mettre à l'honneur une jeune maraîchère d'une trentaine d'année, chez qui je vais régulièrement cueillir et acheter mes légumes et qui est située ici.

 

PB053246

PB053247

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Estelle Hul*lein, avait ce rêve de potager de grande taille depuis toute petite, mais ses parents la freinèrent pensant que ce n'était pas forcément ce qu'il y avait de plus sûr pour assurer son avenir, il en fut de même pour d'autres activités artistiques telles que le dessin, la sculpture... Estelle se résolut donc à prendre la voie de l'Université et des lettres plus particulièrement. Mais, ce n'était pas sa voie... Alors, elle devint accompagnatrice en tourisme équestre, se rapprochant progressivement de son dessein... un métier qu'elle finit par quitter en partie, sentant là-aussi que ce n'était pas exactement ce à quoi elle aspirait, manquant d'indépendance et d'avenir. Elle entreprit une formation en maraîchage (BP REA en agriculture biologique)en 2008 et eu l'opportunité d'acquérir un terrain près de l'endroit où elle avait grandi avec des conditions idéales pour passer rapidement au label Bio.

Estelle Hul*lein gère donc seule, depuis fin mai 2012, un terrain de 1,8 ha sur lequel elle cultive une quarantaine de légumes (sans compter les différentes variétés) et des petits fruits (fraises et framboises) sur l'année. Le maraîchage en cueillette se développe de plus en plus car le consommateur accède directement à la source du produit, voit sa qualité et profite pleinement de sa fraîcheur.

Le travail est différent chaque jour et dépend beaucoup de la météo et de l'affluence ou non des clients cueilleurs. Estelle regarde les prévisions météo de différents organismes et sait maintenant à peu près bien les interpréter.

En arrivant chaque matin sur le terrain, pas si tôt que cela finalement, contrairement à ce que je pensais... , Estelle fait un état des lieux, surveillant les éventuelles invasions d'insectes, maladies qui peuvent tout dévaster rapidement et il s'agit alors d'intervenir très vite, en laissant de côté les activités qui étaient au programme de la matinée. Il faut aussi ouvrir ou non les serres, gérer l'humidité, pas trop, ni trop peu...

Concernant l'avenir de l'exploitation, Estelle Hul*lein aimerait faire partie d'une AMAP (Association pour le Maintien d'une Agriculture Paysanne)afin de proposer des paniers aux familles du secteur, ce qui lui garantirait un revenu sûr et fiable. Mais pour y parvenir, cela demandera encore plus de travail car il faudra passer de 2 cultures par an à 4, afin de produire toute l'année des légumes et petits fruits en quantité et variété suffisante, le but étant de trouver une adéquation entre la production et la demande des consommateurs.

Et Estelle n'a pas perdu sa passion des chevaux puisqu'elle propose également des animations équestres et des balades.

Récoltes en août:

IMG_3719

IMG_3758

Une partie de la semaine dernière:

IMG_4922

IMG_4926

Posté par pont des lions à 00:07 - Commentaires [8] - Permalien [#]

01 novembre 2014

Petit haut à Murano et Burano

IMG_4427Laisser Venise derrière soi au petit matin, en prenant le bateau.

IMG_4430

Arriver au lever du soleil sur l'île de Murano, renommée pour ses souffleurs de verre, travail artisanal que nous avons pu admirer de tout près. Rapporter un pendentif de collier en verre et des boutons de manchettes en souvenir.

IMG_4431

IMG_4440

IMG_4450

PA170259

PA170265

Etrenner mon haut à petites manches froncées (patron issu du livre d'Astrid Le Provost "Coton, lin et liberty" dont je ne me lasse pas), terminé juste à temps. Tissu écossais en voile de coton, La Droguerie, été 2014. Coutures anglaises pour une finition parfaite as usual.

IMG_4466IMG_4479

IMG_4484Quitter Murano pour aller encore plus loin et rejoindre Burano, une île réputée pour sa dentelle et ses canaux bordés de maisons vivement colorées.

IMG_4520

PA170302

PA170303

PA170306

IMG_4539Retourner vers Venise en repassant devant l'île San Michele, île-cimetière de Venise.

IMG_4545

IMG_4546

IMG_4548L'autostrada di Venizia.

IMG_4573Atteindre Venise au soleil couchant.

IMG_4589Et remonter le Grand Canal de nuit. Pont du Rialto.

Posté par pont des lions à 22:57 - Commentaires [9] - Permalien [#]

22 octobre 2014

Venizia

 

IMG_4376

IMG_4384

IMG_4392

 

IMG_4394

IMG_4408

IMG_4410

IMG_4414

Un séjour à Venise sur 4 jours, intense mais trop court, forcément...

Venise à 2 heures de Nantes en avion/prendre le bateau et découvrir au loin la ville encore endormie dans la brume matinale/se promener à travers les ruelles, les places... prendre les ponts enjambant les inombrables canaux.

Venise se réveille telle une fourmilière et tout se fait uniquement par bateau (la Poste, les ambulances, la police, les carabiniers, les travaux, les éboueurs...), la lumière est magnifique, l'eau des canaux est d'un vert profond, tout n'est qu'enchantement.

J'ai aimé:

- les couleurs des façades des maisons et palaces faites avec des pigments passés avec le temps;

- faire la paparazza (environ 700 photos);

- échanger en italien "come un pesce nel acqua" (comme je le faisais régulièrement il y a une vingtaine d'année lorsque mes parents pratiquaient l'échange de logement et qu'il fallait converser avec des américains ou des italiens le plus souvent) et me rendre compte que je n'avais rien perdu (j'avais quand même un mini dictionnaire pour y trouver certains mots);

- les pâtes faites par les italiens sont "à mourir" et donc je ne suis pas prête à faire un repas de pâtes ici sauf à les acheter fraîches chez un traiteur italien.

- le fait qu'il n'y ait pas de voitures donc moins de bruit et de pollution;

- l'autoroute de Venise sur la mer (en fait des bateaux qui foncent et se croisent sur la mer entre des poteaux en bois qui servent de repères).

- être sur le bateau et avoir une impression de dominer le monde.

Je n'ai pas aimé lorsque les italiens dès qu'ils se rendaient compte que notre groupe était français, se mettaient à le parler car je n'y comprenais rien et je fermais alors mes écoutilles et laissait les autres écouter. Et l'arrivée à Nantes où la langue italienne n'est plus de mise (car même dans l'avion du retour, aucun membre d'équipage ne parlait et ne comprenait le français!).

Posté par pont des lions à 00:03 - Commentaires [16] - Permalien [#]



10 février 2014

Shades of green for a birthday

P2080182

Apporter un peu de verdure de notre campagne pour fêter un anniversaire en ville; prouver aux enfants que l'on peut reçycler des sacs en papier kraft et en faire des emballages cadeaux qui soient jolis; être heureuse de voir que les livres de la bibiliothèque verte de notre enfance plaisent encore (seuls 2 titres de la série des Bennett ont été réédités à ce jour, alors j'ai trouvé les autres sur le bon coin).

P2080188P2080191

 

P2080190P2080189

 

P2080194P2080193

 

P2080199

 

P2080204

P2100228

 

 

Posté par pont des lions à 10:36 - Commentaires [31] - Permalien [#]

04 février 2014

Magic dye

P2040161

Vous vous souvenez certainement du liberty Betsy qui était teint par Mamoizelle K, puis par de nombreuses autres blogueuses pour se rapprocher de celui utilisé par la marque aux cerises, et bien, pour ma part, je me suis lancée dans la teinture du liberty Tatum prunelle.

En fait, j'ai acheté pour trois fois rien deux housses de couette aux soldes d'été, avec de la cotonnade blanche de part et d'autre et une très large bande de liberty au milieu avec un passepoil couleur moutarde, le hic était que ce blanc était vraiment trop blanc à mon goût et ce mélange des deux n'était pas du meilleur effet. Mais j'avais déjà mon idée en tête...

Alors, je me suis lancée; je n'en n'étais pas à mon premier essai: j'avais déjà teint au thé un bavoir dans les années 2002 pour offrir à mon filleul car je devais broder son prénom en rayures bayadères et il y avait des rayures blanches..., et plus récemment, j'ai teint deux dessus de lit bleu ciel avec du gris qui sont devenus bleu grisé.

J'ai donc cette fois encore acheté une teinture grise (Ideal) et bien lu la notice et mes deux housses de couette après moults lavages et rinçages sont ressorties gris clair avec le liberty surteint (donc plus de blanc du tout dans le motif) et je trouve qu'il fait plus masculin ainsi.

Et vous remarquerez que j'ai fait un nouvel édredon identique à ceux de ma première série, à la demande de Monsieur N°4.

P2040155

P2040164

P2040167

P2040165

 

 

 

Posté par pont des lions à 11:07 - Commentaires [30] - Permalien [#]

02 janvier 2014

Les invitées surprises du 1er jour de l'An

P1022592

Mercredi 1er janvier, 19h30, nos invités reprennent leur voiture pour regagner leur île.

Une heure plus tard, notre aîné est envoyé pour fermer la grille à clefs, comme chaque soir.

Vers 21h00, un autre fils vient me trouver dans la pièce d'à côté pour me dire qu'une personne frappe à la porte... panique de notre part car la porte de la maison n'est accessible que lorsque la grille est ouverte et nous savons bien qu'elle est fermée...

Je me dirige vers la porte qui est en partie vitrée mais il fait noir et je n'y vois rien, et là une personne voyant mon air apeuré me dit "N'ayez-pas peur!" et s'approche plus de la vitre afin que je vois son visage, et là, soulagement, je connais cette personne de vue; c'est un agriculteur. J'ouvre. Dehors, le vent souffle par fortes raffales et la pluie tombe à verse.

Cette personne m'explique qu'elle habite à qq kms de chez nous et que son troupeau de génisses s'est sauvé et qu'une partie (17 quand même) s'est réfugiée chez nous, et me demande s'il peut laisser ses bêtes pour la nuit. Je ne sais que répondre et appelle mon mari à la rescousse. Nous sortons tous équipés de Barbour et bottes étudier la situation.

Le troupeau est au fond du parc et bénéficie de l'éclairage public (qui s'éteind tous les soirs à 22h30) et se déplace d'un endroit à l'autre tel une vague déferlante. Les animaux sont affolés par la tempête et se sentent perdus.

L'agriculteur aidé de nombreux autres de ses collègues (qui l'avaient aidé depuis un bon moment déjà à localiser la vingtaine de génisses en fuite disséminée un peu partout dans la campagne et le bourg) installe des cordes attachées aux arbres pour créer une sorte de clôture (même pas électrifiée) et nous demande de laisser les lumières extérieures de la maison allumées toute la nuit afin que les génisses voient la corde. Finalement, le maire, après un coup de téléphone passé, laissera l'éclairage public toute la nuit.

L'agriculteur apporte avec son Manitou des bottes de foin afin de nourrir son bétail et qu'il n'aille pas brouter mes jeunes plantations (ce qui était ma plus grande crainte).

Après des rondes toute la nuit à tour de rôle par les agriculteurs, pour vérifier que tout va bien, le jour se lève, et dans la matinée, après avoir récupéré dans divers endroits les autres membres du troupeau qui s'étaient dispersés dans le bourg et qui avaient été hébergés dans d'autres fermes, 4 agriculteurs arrivent pour récupérer les 17 génisses. Il leur aura fallu près de deux heures pour y parvenir, et même en parquant les bêtes dans un couloir fait de cordes les menant à la bétaillère, même avec l'aide d'un chien, elles n'en faisaient qu'à leurs têtes, s'approchant, pour reculer ensuite, tel un ballet de danseuses, la grâce en moins peut-être.

La solution fut finalement trouvée et je vis de mes fenêtres, 3 vaches laitières d'un bon gabarit, à la fois en hauteur et en largeur, l'arrière-train couvert de boue (contrairement aux génisses d'un beige immmaculé), arriver dans le couloir fait de cordes, rejoindre les génisses, puis à l'appel de l'agriculteur, ordonner aux "jeunes adolescentes" (c'est le terme employé par l'agriculteur) de les suivre. Et tout ce petit monde finit par quitter notre terrain pour prendre la direction d'une ferme plus loin avant de monter par petits groupes dans la bétaillère rejoindre leur stabulation dont elles avaient dégondé la porte.

L'agriculteur téléphona ensuite plusieurs fois pour s'excuser et revint constater les dégâts: heureusement pas d'arbustes ou plantations arrachés (c'est déjà ça) mais des allées qui sont devenues des champs de boue et même toutes les parties en herbe sont creusées des pas des génisses s'étant enfoncées dans l'herbe gorgée d'eau.

L'agriculteur va réparer les dégâts causés par ses animaux. Il va falloir passer le rouleau sur l'herbe et les allées pour aplanir le sol, semer du gazon là où ce n'est plus que de la boue, remettre du gravier puis du sable dans les allées... mais ce ne sera possible qu'en début de printemps si le temps le permet.

Heureusement pas d'accident routier causé par les génisses et c'est là le principal.

La question restée en suspens fut: "Mais par où étaient entrées les génisses?" à laquelle une seule réponse s'offrait quoique non satisfaisante: par une route qui borde le terrain sans grillage élevé (là où 2 maronniers sont récemment tombés (l'un sur la route, heureusement pas de voitures passant à ce moment-là et l'autre abattu par précaution car il menaçait de faire de même))avec quand même un ruisseau et un talus à franchir... mais un troupeau de 17 bêtes laissent des trâces sur les branchages entreposés pour éviter des franchissements inoppinés.

J'ai fini par trouver la réponse: les animaux avaient dû pénétrer chez nous soit avant le départ de notre famille, soit entre le moment de leur départ et de la fermeture de la grille, et nous n'avions rien vu car il faisait déjà noir.

Je vous souhaite à toutes une très belle année 2014!

La sortie finale en images:

P1022603

P1022605

P1022606

P1022612

 

Posté par pont des lions à 23:48 - Commentaires [25] - Permalien [#]

13 décembre 2013

Happy Birthday!

PA061712

Réaliser son rêve d'enfant... acheter Carrera Magazine encore adolescent lors de ses premières parutions  puis Flat 6... surtout pas pour le tape à l'oeil... juste pour l'amour de la belle mécanique... un puriste...

Pour vivre heureux, vivons cachés... peu sont choqués... la plupart sont subjugués et surtout apprécient la ligne discrète, le bruit du moteur, le confort, et surtout le bonheur de rouler cheveux au vent.

En cette fin d'année, Porsche fête les 50 ans de sa 911, et pour l'occasion, 7 générations de la gamme mythique (une 911 Turbo 3.3, une 964 Carrera RS, une 993 Targa, une 996 Turbo S Cabriolet, une 997 Speedster et une 991 Carrera S) font rugir leur moteur sur un air d'"Happy Birthday to you".

Alors un très Joyeux anniversaire à Monsieur Lion et à la 911!

 

PS: pour l'occasion un livre est sorti, alors le cadeau d'anniversaire était tout trouvé!

Posté par pont des lions à 00:01 - Commentaires [6] - Permalien [#]

21 novembre 2013

Fall mood/dress code

 

PA181871PB212261

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

PA171853

PA221927

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 P9041356

La nature nous inspire notre dress code avec ses couleurs.

Les jours racourcissent, les enfants sont fatigués, ont des difficultés à se lever le matin, ce qui ne les empêche pas d'être en pleine forme le soir... je sais bien de qui ils tiennent...

Et cette année, le rythme des collégiens et lycéens est très lourd puisque les premiers finissent les cours à 17h00 et ne sont à la maison qu'à 18h30 après avoir attendu le car dans la cour (le nôtre est le dernier) puis avoir roulé pendant près d'une heure au fin fond de la campagne pour desservir tous les arrêts; les lycéens eux, sortant à 17h45, n'arriveront qu'à 18h40... et après le goûter (indispensable, surtout qu'en arrivant ils meurent de faim), il faut se mettre aux devoirs. Aussi, m'arrive-t-il de plus en plus d'aller au collège et parfois de faire qq courses en attendant l'heure du lycée, ou bien je rentre directement et le lycéen rentre en car.

* Affiche indémodable vintage "longues veillées, journées gachées" qui figurait en bonne place dans la salle d'attente de notre médecin lorsque j'étais petite (dans les années 70), chinée et offerte par mes parents et aussitôt encadrée, et qui apparemment se fait toujours (avec des couleurs plus vives et un autre éditeur).

* Sculpture de cette artiste présentée lors d'une très jolie expo.

Posté par pont des lions à 11:53 - Commentaires [20] - Permalien [#]



Fin »